Le leader bancaire national a organisé un dîner-échanges le 18 février dernier à l’hôtel Hilton de Yaoundé pour faire la lumière sur ses outils d’accompagnement. 

27 ans après sa création, Afriland First Bank compte plus de 150 000 clients, 36 agences dans les dix régions du pays et des représentations dans 12 pays à travers le monde. En publiant ces résultats, la banque a tenu à faire honneur aux personnes qui ont contribué à ce succès. Le 18 février dernier, c’est à l’hôtel Hilton de Yaoundé qu’un dîner-échanges a été organisé à l’honneur des clients et des partenaires de la banque. Il était question de célébrer « The pact with success », réussite rendue possible grâce à la fidélité de sa clientèle. Une tradition pour M. Alphonse Nafack, Directeur Général d’Afriland First Bank : « Dans nos traditions, le partage en famille est un moment de communion et d’échanges », a-t-il déclaré. Les clients et dirigeants de la banque ont échangé sur tous les aspects de la vie quotidienne de la banque, pour plus de performances et d’efficacité.

Afriland First Bank est la première banque orientée vers l’entreprise, leader en termes d’innovation et première institution bancaire à capitaux à majorité privés. En outre, Afriland First Bank est le pionnier du capital risque et de la finance islamique, première banque en termes de ressources mobilisées et de liquidités, et première banque au Cameroun à offrir à la fois les cartes bancaires internationales VISA et MasterCard. Des résultats qui ont permis à Afriland First Bank d’occuper le peloton de tête du marché bancaire dont les performances en termes de dépôts mobilisés ces dernières années font état d’une croissance soutenue de 372 à près de 600 milliards de FCFA entre 2009 et 2013, des crédits avec une réelle progression passant de 236 à près de 400 milliards sur la même période. Le total bilan, représentant l’ensemble des actifs gérés par la banque, se situe à ce jour à plus de 700 milliards. Tout en se félicitant du chemin parcouru et des résultats obtenus, M. Alphonse Nafack et toute son équipe caressent un seul rêve, celui de faire d’Afriland First Bank la « Banque Africaine du millénaire ».
Source : CAMEROON TRIBUNE
 

Guy Laurent Fondjo,
« Le dîner est un moment de partage dans la tradition africaine »
Le Directeur régional du Centre revient sur les tenants et les aboutissants de la rencontre avec les clients de la First Bank. A quoi le concept de « diner échanges »  fait-il référence ?
Vous savez, dans la culture africaine, le dîner est un moment de partage, d’échanges et de communion entre les membres d’une famille. Conformément à cette tradition africaine, Afriland First Bank a voulu créer cette occasion pour passer en revue sa relation avec ses partenaires dans une ambiance détendue et empreint de convivialité autour d’un repas afin de l’améliorer pour le futur.


Quels étaient les objectifs visés à travers ce concept ?
Il faut préciser que ce concept n’est pas nouveau, puisque encré dans nos traditions africaines qui forgent les actions de la First Bank. Cette fois-ci, il était question de réunir autour d’une même table les principaux partenaires de la banque et capitaines d’industries afin qu’ils se connaissent mieux et échangent réciproquement sur leurs atouts. Nous avons voulu également créer une tribune qui permette aux capitaines d’industries de communier avec les principaux responsables de la banque et de réfléchir sur les freins à leur développement et les axes d’amélioration du partenariat banque-capitaines d’industries relation. Enfin, nous avions à cœur de regarder dans la même direction pour que le partenariat se fasse encore plus florissant dans les jours à venir.


Ces objectifs ont-ils été atteints ?
Nous pensons que ces objectifs ont été atteints à 70% car plusieurs partenaires n’ont pas vu leurs points d’ombre totalement levé.


Quelles sont les retombées de cette opération ?
Nous pensons que ces objectifs ont été globalement atteints. Les doléances des clients ont été prises en compte et des mesures importantes ont été prises afin que l’intérêt de la clientèle reste et demeure notre priorité.

« Dîner Echanges » (First Bank) et Journées d’Entreprises (Gicam) par exemple, quelles particularités ?
Les journées d’Entreprises ont pour but de mettre en avant le volet commercial de ces dernières (produits et services proposés) tandis que le « dîner échanges » est beaucoup plus axé sur l’écoute de sa clientèle, de ses besoins au quotidien, un flashback sur le partenariat afin de se projeter dans le futur.


Les résultats obtenus de cette opération, vous incitent-ils à étendre ou à proposer le même concept aux autres directeurs de région ?
Bien sûr que ce concept devrait être étendu dans l’ensemble des Régions et pourquoi pas sur tout le réseau First Bank, car il nous permet véritablement de recueillir à la source, une évaluation sincère de nos actions vis-à-vis de notre clientèle.


A quand le prochain rendez-vous avec les partenaires d’entreprise ? Nous nous proposons dans un 1er temps de le faire annuellement puis certainement dans un souci de bonne qualité de service, nous diminuerons les délais du « dîner échanges».


A votre avis, qu’est-ce qui serait à améliorer pour une meilleure réussite de la prochaine édition ?

Pour la prochaine édition, nous voudrons augmenter l’échantillon de partenaires afin d’être sûrs de toucher toutes les couches représentatives de notre aimable clientèle. Aussi, accroître les échanges avec ces derniers en aménageant des plages horaires plus grandes.


Interview réalisée par Jean-Marie ZOGO